Axe Sud - Ecole supérieur d'arts Graphiques et de Communication visuelle à Marseille et Toulouse

Actualités

Embarquement immédiat !

En un week-end, la vie de Laure Brats a basculé… d’étudiante à professionnelle. Un grand saut dans le SwitchUp Challenge lui a permis de mettre ses compétences de webdesigner au service d’une startup : Zeroecoimpact, accélérateur d’écologie... et de carrière !

Comment as-tu découvert le Switch Up Challenge ?

Laure Brats : J’étais alors étudiante en 3e année d’Axe Sud et Jacques Lafaysse, notre directeur nous a transmis l’information tout en insistant sur l’importance de telles rencontres entre étudiants et professionnels. Le SwichUp Challenge met en place un dispositif pour accompagner et récompenser les porteurs de projets qui ont à coeur d’utiliser les nouvelles technologies pour développer un projet de startup à impact social et environnemental. Peuvent candidater des étudiants et des entrepreneurs qui créent leur première activité.

 

Comment se créent les équipes ?  

L.B. : En novembre, un premier week end est organisé pour mettre en contact les porteurs de projets et les étudiants. A cette occasion, j’ai rencontré Noël Bauza, le fondateur de la startup Zeroecoimpact. Son objectif est de lancer une plateforme digitale qui rassemble les entreprises, les associations et les particuliers en recherche de solutions écologiques. Lors du SwitchUp Challenge, Noël Bauza recherchait un webdesigner pour intégrer son équipe. Il m’a expliqué son projet en concluant : « Dans une semaine, on fait le point ». A l’issue de notre premier entretien, j’avais pris des notes comme pour un brief. Le rendez-vous suivant était le commencement d’une longue collaboration toujours d’actualité.

 

Comment fonctionne la plateforme de Zeroecoimpact ?

L.B. : La plateforme utilise les codes des réseaux sociaux et jeux vidéos pour développer l’ensemble des solutions environnementales. Voici un exemple simple pour comprendre le fonctionnement de cette marketplace : un particulier va faire ses courses chez un épicier bio, partenaire de la plateforme. Il lui délivre des points, transformables en cadeaux ou réductions auprès des acteurs de la plateforme. Ses points sont cumulés sous forme de score, avec des rangs et badges qui lui permettent comme sur un réseau social de « comparer et jouer » avec ses amis !  

 

Pourquoi as-tu choisi ce projet ?

L.B.: La cause m’a plue et surtout la façon de l’aborder. L’écologie est traitée ici avec modernité, permettant à tout un chacun d’y jouer un rôle. Chacun a sa place, de manière simple et pragmatique. A terme, comme l’explique le fondateur, l’idée est de déployer un écosystème et des mécanismes qui « rapprochent l’écologie de la société plutôt que d’essayer de rapprocher la société de l’écologie».

 

Quel a été ton rôle durant le SwitchUp Challenge ?

L.B. : Développer l’identité visuelle du projet : logo, plaquette, design du site web… En étant totalement intégrée au projet, dès ses premières phases.

Quels sont les bénéfices pour un étudiant de participer au SwitchUp Challenge ?

L.B. : L’expérience est très valorisante qu’elle se poursuive ou pas. Personnellement, cette action m’a permis de travailler au sein d’une startup en étroite collaboration avec tous les autres acteurs, le responsable du marketing, du développement informatique, du financement. En six mois, j’ai acquis une expérience dans de très nombreux domaines : structurer un projet, réaliser un business plan, chercher des partenaires…

 

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants d’Axe Sud tentés d’y participer ?

L.B.: Même s’il n’y a pas de rémunération lors des 6 premiers mois de coopération, c’est une expérience professionnelle extrêmement passionnante autant humaine, technique qu’intellectuelle.

Personnellement, ça m’a « déstressée » vis-à-vis du monde professionnel. J’ai pris conscience que j’étais capable de participer à un projet, d’être à l’aise au sein du monde du travail et de savoir faire… même en tant étudiante !

A l’issue de cette première expérience, les opportunités sont bien réelles et l'on est capable d’appréhender le monde professionnel d’un œil beaucoup plus averti et confiant.

 

Concrètement, quels sont les bons réflexes à adopter pour un étudiant qui se présente la première fois à SwitchUp Challenge ?

L.B. : Deux choses sont essentielles :

  • Prendre le temps de parler, de connaître les projets, d’étudier leur stratégie et de poser des questions sur l’entreprise, ses valeurs, ses équipes…
  • Choisir une équipe avec qui développer de vraies affinités humaines. Comme je l’ai déjà dit, nous ne sommes pas rémunérés, donc autant se faire plaisir et travailler avec des personnes que l’on apprécie pour leur énergie, leur enthousiasme, leurs idées…

En savoir plus