Axe Sud - Ecole supérieur d'arts Graphiques et de Communication visuelle à Marseille et Toulouse

Actualités

“Petit Ju et le crayon Magique“

L’exercice est délicat ! Pour les étudiants en 2e année de section BD/Illustration, il s’agit de concevoir et réaliser leur premier album à seize. Autant dire une aventure périlleuse, psychédélique et improbable. Les crayons aiguisés, les voilà prêts à en découdre avec les bulles et les cases…

Comment écrire et concevoir une BD à 16 ?

Etudiants 2e Année BD/Illustration : Nos professeurs nous ont fourni une technique d’écriture collective, celle “des gorilles aux yeux mauves » afin de construire un synopsis commun sur la thématique donnée : un conte médiéval psychédélique. Nous 16, avons rempli un tableau comprenant différents ingrédients de l’histoire (lieux, personnages, quête, épreuves…). Tous les éléments inscrits dans ce tableau ont été réutilisés dans l’histoire, aucun n’a été omis. Jusqu’à là, tout s’est très bien passé.

 

Ensuite, l’histoire se corse lorsqu’il s’agit d’écrire l’histoire ?

Et. : Oui, il faut faire des choix, caser des thématiques éloignées du sujet comme guerre mondiale, cleptomanie, déterminer un fil conducteur, définir les personnages principaux, trouver des prénoms à tout ce beau monde… et surtout se mettre tous d’accord. A 16, c’est loin d’être évident. Les débats ont été très animés, très houleux. Nous avons appris à faire des concessions !

 

Une fois le storyboard réalisé, comment se passe la suite ?

Et. : Chaque élève a été chargé de réaliser une page de l’histoire. En final, on se retrouve avec 16 élèves, 16 pages, 16 styles. Quatre d’entre nous ont dû harmoniser les saynètes pour donner cette cohérence globale à la BD.

 

Quel sentiment éprouvez-vous face à ce premier album ?

Et. : Beaucoup de fierté face au résultat final. La BD est là. Tout le monde est content de ce premier ouvrage. Ce projet nous a appris à voler de nos propres ailes, à prendre des initiatives et à gérer des conflits ! Le tout en 6 semaines ! Nous avons tous gagnés en confiance, encadrés par nos professeurs. C’est très encourageant pour aller plus loin.

 

Est-ce que ça donne envie de lancer des projets personnels ?

Et. : Pour la plupart d’entre nous, le dessin n’est pas une alternative. Nous avons décidé d’en faire notre métier. Et c’est un premier pas qui nous fait prendre conscience du travail à fournir pour réaliser notre rêve… Oui, ça donne envie de continuer !