Axe Sud - Ecole supérieur d'arts Graphiques et de Communication visuelle à Marseille et Toulouse

Actualités

Axe Sud inaugure ses nouveaux locaux

Plus de 500 personnes étaient présentes pour l'inauguration des nouveaux locaux d’Axe Sud MARSEILLE. François Jalinot Directeur Général d'Euroméditerranée, Christian Malaterre vice-président de l'UPE 13, Madame Lisette Narducci Maire du 2e et 3e arrondissement, Vice présidente du conseil général 13, Mr Roland BLUM, 1er adjoint à la ville de Marseille, représentant le sénateur maire Mr Gaudin.


De gauche à droite : Mr LAFAYSSE, Mr Garcia-Panzani, Mr Jalinot, Mme Narducci, Mr Blum, Mr Malaterre

François JALINOT, Directeur général d'Euroméditerranée

"Ils ont été des créateurs, des entrepreneurs pour faire revivre l’Escarguel !"

"Je suis heureux de célébrer l’ouverture de cette école au nom d’Euroméditerranée. Lorsque j’ai rencontré, il y a deux ans, des gens suffisamment fous et créatifs pour nous accompagner dans un projet dont nous les "technos" d’Euromed rêvions : transformer cette colline Saint-Charles magnifiquement placée, en un lieu où la jeunesse se réinstalle, où la formation soit au cœur du renouveau de ce quartier… J’ai adoré cette rencontre.

Cette rencontre a eu lieu autour d’une ancienne fabrique de jeans, l’Escarguel, alors squattée, dans un état épouvantable. Grâce aux deux co-directeurs d’Axe Sud, l’avenir de ce lieu a trouvé une réalité. Ils ont été suffisamment courageux, ils ont été des créateurs, des entrepreneurs pour le faire revivre. Aujourd’hui, c’est une  pierre fondamentale du renouveau de ce quartier d’une très grande richesse et qui va être totalement transformé dans les 5 ans à venir. Des sites comme cette école, la Galerie d’Art contemporain, rue du Verger, préfigurent une transformation fondamentale de ce quartier. C’est une grande joie d’être avec vous ce soir !"

Christian Malaterre, vice-président de l’UPE 13, en charge de la formation

"Pourquoi les jeunes ne veulent plus travailler dans l'entreprise ?"

"Aujourd’hui, il y a 3 millions de chômeurs et 1 million d’offres d’emploi non pourvues. Ce constat à lui seul parle des problématiques que nous rencontrons dans le monde patronal avec la jeunesse : pourquoi les jeunes ne veulent plus travailler dans l’entreprise ?

Nous sommes une génération charnière. Les jeunes d’aujourd’hui ne sont pas ceux des années 60. A l’heure actuelle, chacun recherche son épanouissement personnel. Le système ancestral de la transmission du savoir faire de père en fils ne fonctionne plus.

Au sein de l’école d’Axe Sud, les directeurs l’ont bien compris. Ils offrent une formation qui permet à chacun d’entrer dans le système et dans le monde de l’entreprise avec ses qualités, son bagage.

Reste que la chose la plus importante est le lien… et c’est la question que je propose à chaque jeune : le bonheur n’est-il pas dans ce qu’on fait avec les autres ?"

Lisette Narducci, maire du 2e secteur et vice-présidente du Conseil Général 13

"Un quartier riche et fort de sa jeunesse"

"Des centaines de familles marseillaises ont travaillé dans ce quartier et dans cet établissement. Que ce patrimoine qui fait partie de l’histoire de Marseille soit ainsi transformé, c’est tout simplement magnifique.

Cette école accueille plus de 200 étudiants par an, elle est toute proche de l’EMD (400 étudiants), de la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode (100 étudiants), des résidences universitaires. Ce quartier longtemps décrié est aujourd’hui très riche avec des trésors tels que la Galerie Rue Verger, le CIRVA

Par ailleurs, pour faire face à cette situation en totale incohérence entre les demandes et les offres d’emploi, j’ai souhaité créer une passerelle entre les jeunes et monde de l’entreprise : le club de l’entreprise solidaire. L’objectif est de prendre toutes ces personnes en demande d’emploi, pour les former, les forger aux besoins des entreprises, pour le bien de tous et pour améliorer cette situation économique !

Encore merci de ce pari, un peu fou, mais totalement réussi !"

Roland Blum, 1er adjoint à la ville de Marseille, représentant le sénateur maire Mr Gaudin

"Un investissement remarquable"

"Nos félicitations aux deux co-directeurs parce que cette rénovation est magnifique ! Ici, c’est le passé mais, aussi l’avenir. L’investissement  que vous avez fait dans cet établissement classé remarquable est lui-aussi remarquable. Vous confortez un pôle universitaire important dans notre ville. Nous avons la chance d’avoir le deuxième pôle universitaire avec 60 000 étudiants, le premier pôle en matière de Recherche et d’enseignement supérieur.

Et vous le confortez avec des fonds privés. C’est l’association entre public et privé pour l’intérêt général.

Vous accueillez 250 étudiants  dans cette école d’arts graphiques avec une sortie, un emploi en fin de parcours grâce à un enseignement parfaitement ciblé.

Vous êtes au cœur d’Euroméditerranée, un quartier en plein changement, à deux pas du Mucem, de la Villa Méditerranée, du Silo, de tout ce qui constitue le cœur de Marseille Capitale Européenne de la Culture. Et par cet enseignement, vous y contribuez. Merci pour tout ce que vous avez fait et ferez !"

Jacques Lafaysse, directeur fondateur de l’école Axe Sud

"24 ans plus tard… Avec toujours plus de projets !"

"Il y a 24 ans, nous avons une l’idée folle avec François Garcia-Panzani de créer cette école. Pour qu’elle fonctionne, nous la voulions créée par des professionnels avec des enseignants en activité, soit des gens passionnés et assez fous pour garder leur activité et enseigner.

La première année, nous étions 13 professeurs et 16 étudiants. 24 ans plus tard, nous sommes toujours là avec 200 étudiants et 30 professeurs !

Et nous n’avons pas l’intention de nous arrêter… Bien au contraire et les projets continuent à se concrétiser avec l’ouverture de la section BD…"

François Garcia-Panzani, directeur fondateur de l’école Axe Sud

"Un métier qui demande des heures de travail"

"Merci à tous d’être venus ! Je vais être très direct, il faut être audacieux pour réussir dans le boulot. Dans ce métier, il faut travailler, le dessin c’est pas facile, ça demande des heures de travail. Pour le reste c’est la vie qui choisit, c’est la vie qui décide… Bonne chance et bon vent !"