Axe Sud - Ecole supérieur d'arts Graphiques et de Communication visuelle à Marseille et Toulouse

Actualités

Free to play (F2P) : est-ce sérieux ?

Travailler dans la conception de jeux vidéos et de plus réaliser des F2P, des jeux gratuits… est-ce vraiment un métier ? Oui, répond Pierre Mayeras, graphiste 2D et futur Lead Artist chez Kobojo, éditeur de jeux vidéos… Explications raisonnées d’un passionné.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton métier ?

P.M. : A l’heure actuelle, je travaille chez Kobojo à Paris, un éditeur de jeux vidéos gratuits destinés aux mobiles et réseaux sociaux. Je suis intégré dans une équipe composée de directeurs artistiques, marketing, développeurs, webdesigners et graphistes 2D.

En tant que graphiste 2D et character designer, je suis chargé de créer les personnages pour différents jeux, majoritairement des F2P. Actuellement, je conçois des personnages pour le jeu : Mutants Genetic Gladiator. Même si le jeu est dit “gratuit“, l’objectif reste d’accrocher le joueur pour qu’à terme il achète des personnages. Nos personnages possèdent une mission cachée…

 

Concept Character

Comment se passe la conception des personnages ?

P.M. : Tous les concepts de personnages que je crée sont soumis à une double validation : celle du Directeur Artistique et celle du Directeur Marketing. Même s’il arrive que leurs demandes divergent, nous, comme concept Character, sommes sommés de réconcilier les deux visions. Pas toujours facile…

 

Comment éviter de telles situations ?

P.M. : La majorité des décisions sont prises lors du brainstorming qui a lieu avant la réalisation du concept. Durant cette réunion, nous lançons une rafale d’idées tout en rejetant celles qui ne font pas sens par rapport à l’objectif du jeu. Cette réunion est fondamentale car, au travers des réflexions des Directeurs Artistiques et Marketing, il est possible de mieux comprendre les attentes des joueurs. En définitive, cela permet de « s’autocensurer » lors de la conception des personnages.

 

Pourquoi choisir un éditeur de jeux comme Kobojo ?

P.M. : Les éditeurs de jeux vidéo sont très différents les uns des autres. Kobojo reste une société française de taille modeste (50 personnes). Cette structure m’apporte un réel avantage car je travaille sur tous les stades du projet, de la conception à la réalisation des personnages. Dans des sociétés de taille plus importantes comme Ubisoft, les tâches sont beaucoup plus segmentées, et par conséquent plus répétitives. C’est un choix personnel…

 

Ce que tu aimes le plus dans ton métier ?

P.M. : Je travaille dans un univers qui est une vraie passion, l’ambiance est cool. Très prochainement, je vais endosser les fonctions de Guide Artist, et chapeauter d’autres graphistes dans leur conception de personnages.

 
Comment as-tu découvert le métier de Concept Character ?

P.M. : J’ai fait des études de graphisme au sein de l’école de design Axe Sud. Jeune diplômé, je suis monté à Paris et j’ai commencé à réaliser des storyboard et des roughs pour des boites de production en freelance. J’entrais… presque sans frapper ! L’époque n’était pas encore aux sociétés de jeux vidéos… Maintenant si !

 

Ce que tu aimes le moins dans ton métier ?

P.M. : C’est parfois difficile d’être soumis aux règles du marketing pour un passionné de jeux ! On a envie de créer sans contraintes !

 

Concept Character & designer

Les qualités pour faire un bon graphiste 2D dans le jeu vidéo ?

P.M. : Dessiner, aimer raconter des histoires, savoir rebondir et accepter la critique, être inventif… C’est le point capital, encore plus important que d’être un dessinateur de génie. En final, c’est cela qui fait la différence. Il arrive qu’un lion mal dessiné – mais plus fantaisiste – sera plus charmeur aux yeux du directeur marketing. Qui dit plus de charmes, dit plus vendeur !

 

En savoir plus

Le site de Pierre Mayeras